Ce blog aborde les sujets des nouvelles technologies, la manière dont elles transforment le quotidien des DSI et informaticiens, et leur impact sociétal.

Pourquoi les innovations technologiques ne font pas redécoller la productivité ?

pleyers-productivite-articleDe nombreux économistes sont en alerte. Depuis le milieu de la dernière décennie, les gains de productivité ont clairement ralenti, avant même la grande crise de 2008. Et parmi les économistes qui proposent des solutions, il y a les « techno-optimistes » et les « techno-pessimistes ». Les premiers pensent que les innovations technologiques récentes vont, à terme, booster la productivité, et les autres pensent que ses bienfaits demeureront limités. Les 2 s’accordent sur les conséquences potentiellement négatives des nouvelles technologies sur l’emploi.

La promesse des innovations technologiques

Il y a les techno-optimistes qui affirment que les avancées technologiques n’ont pas encore eu le temps de produire leurs effets sur le monde du travail. Mais lorsque ça sera le cas, elles vont entrainer des baisses des coûts de production, qui se répercuteront sur les prix à la consommation. Ils prennent modèle sur la loi de Moore, selon laquelle la puissance des processeurs double tous les 18 mois, pour expliquer que les résultats de la croissance vont devenir spectaculaires. C’est ce que pensent par exemple Ray Kurzweil, auteur, ingénieur, chercheur, et futurologue ou Andrew McAfee, co-directeur de l’initiative MIT sur l’économie numérique, et du Center for Digital Business au MIT Sloan School of Management. Ils prédisent que d’ici à 2050 on devrait pouvoir faire tenir l’intelligence d’un cerveau humain sur une clé USB. Et d’ici à 2070, c’est la totalité de l’intelligence humaine qui pourrait être téléchargée.
Lire la suite

La blockchain ou la fin de l’entreprise traditionnelle ?

blockchainPour La Tribune, la blockchain n’est rien de moins qu’une « révolution qui va transformer le monde » !
Ne va-t-elle pas aussi entrainer une révolution de l’organisation de l’entreprise traditionnelle ? C’est la thèse de Philippe Honigman, co fondateur de Ftopia (start up de partage de documents), qui participe au projet Backfeed (conception d’une infrastructure pour créer des organisations décentralisées).

Petit rappel : qu’est-ce que la blockchain ?

C’est en 2008, dans un contexte de crise financière, de rupture de confiance dans les Etats, dans les banques et dans les monnaies, qu’est apparue la technologie de la blockchain. Elle a permis – grâce à une technique alternative du protocole TCP-IP de transfert et de stockage de données –  de mettre en place un système de transaction monétaire virtuel avec la monnaie numérique Bitcoin. Celle-ci fonctionne sans autorité centrale ni administrateur. Ce principe de la désintermédiation dépasse désormais le domaine de la monnaie numérique, et les entreprises y voient une opportunité de réduire leurs coûts, et de, en théorie, sécuriser leurs transactions (par exemple pour les transferts d’actifs ou pour les smart contracts*).
Lire la suite

Qu’est ce que les algorithmes savent de nous ?

2893Ils occupent dans nos vies une place de plus en plus centrale, si on a pas beaucoup de contrôle sur eux, au moins sachons ce qu’ils font.

Pour rappel, les algorithmes sont basés sur des mathématiques très complexes, ils sont composés d’une suite d’instructions qui vont produire un résultat calculable. Avec la transformation digitale, nous sommes entrés dans une société où nous sommes de plus en plus « calculés ». Avec la multiplication des traces numériques que nous laissons sur internet, ces calculs sont intensifiés, accélérés.

Que calculent ces algorithmes ?

Pour Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée (LATTS), qui vient de publier A quoi rêvent les algorithmes, nos vies à l’heure des big data, il existe 4 types principaux d’algorithmes. Ils ont tous pour objectif de trouver, a travers le « bruit » que nous laissons sur internet, nos traces, d’identifier un signal, c’est-à-dire des informations nous concernant.
Lire la suite

Ce ne sont pas les visionnaires qui font tourner le monde…!

maintainers_logoCertains chercheurs se demandent si l’on n’accorderait pas trop d’importance aux figures emblématiques que sont Steve Jobs, Bill Gates, Elon Musk ou encore Larry Page. Tous ces visionnaires ont lancé des évolutions voire des révolutions qui ont entrainé des changements majeurs de la vie quotidienne, de manière « disruptive ». Mais certains remettent en cause le fait que seule la technologie soit au cœur de ces transformations.

Le week end dernier se tenait dans le New Jersey la conférence The maintainers, qui avait pour objectif de mettre en valeur tous les autres composants de la chaine de l’innovation, en particulier toutes ces personnes qui assurent la maintenance, et aussi de remettre en cause les avancées réelles que la technologie permet. De nombreux scientifiques, sociologues, historiens, ingénieurs, artistes et activistes  étaient présents.
Lire la suite

La pression monte sur le sujet du chiffrement des données en Europe

photo blogLa guerre de la protection des données initiée dans la Silicon Valley se poursuit en Europe. Suite aux récents évènements terroristes en Europe, certains gouvernements de l’Union sont de plus en plus en faveur de l’accès aux données numériques des citoyens, ce qui ne réjouit pas tout le monde. Les géants numériques comme Apple, Google ou Facebook, s’ils devaient revoir leurs technologies de chiffrement des données, craignent de livrer des informations personnelles de leurs clients qui pourraient être utilisées à mauvais escient par la justice européenne, par les agences de renseignement, ou même par des pays « ennemis ».

Le débat enflamme l’Europe et oppose certains pays : l’Allemagne et les Pays Bas refusent une révision des lois sur le chiffrement voulues par la France et la Grande Bretagne.
Lire la suite

L’entreprise de demain sera numérique ou ne sera pas !

1053292_le-numerique-accelerateur-de-developpement-a-linternational-web-0203853440814_640x341Avec le phénomène d’ubérisation des entreprises, la désintérmédiation des rapports – où le consommateur est aussi fournisseur de bien ou service – une poignée d’entreprises numériques sont devenues tellement puissantes qu’elles sont désormais monopolistiques. C’est ce qu’a expliqué Joel de Rosnay, scientifique, prospectiviste, conférencier, et écrivain  au congrès Entreprise du Futur qui s’est tenu à Lyon en début d’année.
Selon lui, les GAFAMA (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, Alibaba)  et NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber), ont crû très rapidement, et aujourd’hui tous les consommateurs sont obligés de passer par eux. Ils nous ont alors transformés en « pronétaires », les consommateurs de l’internet. Ces plateformes ont autant besoin de nous que nous d’eux, et toutes nos données servent à créer de nouveaux produits et services. Loin de n’être que de simples moteurs de recherches, ou distributeurs e-commerce, ce sont surtout des systèmes d’intelligence collaborative. Leur capitalisations boursières et trésoreries atteignent de tels niveaux que plusieurs sont même plus riches que certains Etats.

Comment les autres entreprises vont-elles pouvoir rester compétitives ?
Lire la suite

Protection des données aux Etats Unis et en Europe : les différences

protection-donneesNous laissons nos empreintes digitales partout, et elles peuvent être utilisées de multiples façons. Les interactions sur Facebook déterminent les publicités que l’on y voit, les musiques ou films consommés en streaming permettent aux entreprises d’en savoir plus sur nos positions politiques ou croyances religieuses, et les assurances peuvent connaitre nos habitudes d’achats en ligne.
Quels contrôles avons-nous sur ces entreprises qui collectent et utilisent nos informations ? Et quels sont les recours pour se protéger d’une mauvaise utilisation de nos données ?

La réponse varie selon que l’on se trouve aux Etats Unis ou en Europe. Aux Etats Unis, existent différentes lois qui s’appliquent à des secteurs spécifiques, comme la santé ou la finance. En Europe, la protection des données est considérée comme un droit fondamental, ayant des conséquences dans les 28 pays membres.
Lire la suite

Les start up d’Etat font bouger l’administration, notamment le Pôle Emploi

lcenfranceL’administration française a besoin de se réformer et d’améliorer son service aux usagers. Or l’Etat, malgré ses intentions, a tendance à invariablement reproduire des schémas où les usagers se retrouvent confrontés à des démarches complexes et laborieuses. Par exemple, l’accès aux droits ou les marchés publics sont des labyrinthes administratifs, où formulaires cerfa et pièces à fournir sont légion.
Pierre Pezziardi, entrepreneur, a fait le constat que s’il n’est pas possible d’innover de l’intérieur, l’Etat a besoin d’entrepreneurs externes pour le faire. Le Secrétariat General à la Modernisation de l’Etat Public (SGMAP) lui a alors confié le projet de créer des start ups d’Etat.
Lire la suite

Quelques exemples d’innovations en matière de nouvelles technologies durables

téléchargementLes nouvelles technologies font partie intégrante de nos vies et pourtant peu d’entre nous savent que leur usage est aujourd’hui, selon une étude de l’Université de Dresde, responsable de plus de 2 % des gaz à effet de serre. Selon cette même étude, si les pratiques n’évoluent pas, le web et le numérique pourraient en 2030 générer une consommation électrique équivalente à celle de toute l’humanité en 2008.

A l’heure de la 21e Conférence de l’ONU consacrée au réchauffement climatique (Cop21), voici quelques exemples d’initiatives et innovations en matière de technologies durables.

Lire la suite

L’Europe en récession numérique ?

00426253-photo-europe-numeriqueUne récente étude de la publication américaine Harvard Business Review (HBR), le Digital Evolution Index révèle que l’Europe serait en récession numérique.
50 pays ont été sondés, 23 européens, et parmi eux, seuls la Suisse, l’Irlande et l’Estonie se hissent à un niveau honorable. C’est-à-dire que leur développement numérique est considéré comme attractif pour le marché et les investisseurs, et que leur écosystème numérique peut faire émerger des start ups et entreprises numériques compétitives à l’échelle mondiale.

Parmi les pays en récession sont listés l’Allemagne, le Royaume Uni, la Finlande, La Suède et la France. L’Europe se fait déborder par les Etats Unis et la Chine, leaders en matière d’innovation technologique. Elle est placée en troisième position derrière l’Amérique du Nord et l’Asie.

Le HBR propose 4 pistes pour sortir l’Europe de sa récession numérique:
Lire la suite

1 2 3 4 5 6 11  Scroll to top