Buzz IT donne la parole…

Pierrick Pétain, DSI de Kompass

Pierrick Pétain est le DSI de Kompass International depuis Avril 2011, précédemment CTO de Betclic après une vingtaine d’années dans l’édition logicielle. Pierrick a participé à la création de plusieurs entreprises d’édition de logiciel sur des marchés B2B comme le géomarketing, le contrôle interne ou le master data management.

Kompass
Au service de l’information d’entreprise depuis plus de 70 ans, Kompass est le leader mondial de l’information marketing. Moteur de recherche et de mise en relations des entreprises, fournisseur de services marketing dédiés à l’information B to B, portail de contenu sur les données clés des filières, Kompass se donne pour mission d’offrir aux entreprises du monde entier, les moyens d’optimiser leur stratégie de développement grâce à une couverture internationale de données unique. Le groupe est en effet présent sur 5 continents et dans près de 70 pays.

 Quelle est selon vous la technologie la plus intéressante du moment ?

Sans conteste ce que l’on regroupe sous le terme de BigData qui recouvre en réalité beaucoup de technologies mais permet aussi de répondre à des besoins très différents : de la personnalisation des offres commerciales à la prédiction des ventes en passant par l’optimisation des procédés.

En ce qui me concerne, je suis très intéressé par les technologies de machine learning dans l’analyse de nos clients et prospects mais aussi pour améliorer la qualité des données et produire des analyses directement utilisables par des décideurs. C’est le concept de Better Data que nous développons chez Kompass International.

Quelle est selon vous la technologie qui fait du buzz et qui ne sert à rien pour le moment ?

Les technologies qui font le Buzz sont Bigdata, le Cloud et les objets connectés. On ne peut pas dire que ces technologies ne servent à rien, même si d’un point de vue personnel je suis très réservé face à l’invasion de notre sphère privée par les objets connectés, mais cela n’a rien à voir avec leur potentiel de business.

Un exemple de projet sur lequel vous avez travaillé, pour lequel, sans une technologie lancée ces cinq dernières années, rien n’aurait été possible ?

La refonte de notre système d’information n’aurait pas été possible sans le Cloud Public en termes de coûts et de délais. Même si cette technologie n’est pas parfaite, si il reste encore beaucoup à faire en termes techniques et contractuels, cela change complètement la façon d’aborder le développement, le déploiement et le maintien en conditions opérationnel du système d’information. La souplesse offerte permet de répondre aux besoins des entreprises d’aujourd’hui où il faut toujours aller plus vite.

En quoi les nouvelles technologies ont transformé votre rôle ? 

Je travaille en IT depuis 1987, j’ai donc connu beaucoup de « nouvelles » technologies. Je pense qu’au final l’amélioration des technologies a permis au DSI de se rapprocher de la stratégie de l’entreprise. On en parle depuis toujours, mais c’est aujourd’hui une réalité. Dans l’économie numérique rien ne se passe sans l’IT et rien ne se passe bien si le DSI n’est pas en mesure de proposer la solution la plus concurrentielle.

Quelle est la nouvelle technologie qui n’existe pas encore et qui sera révolutionnaire demain ?

Celle qui permettra de résoudre les problèmes de sécurité sur Internet. Non pas que je veuille nuire à mes amis consultants en sécurité, mais l’absence de mécanisme fiable d’identification des internautes et des serveurs freine le développement de l’économie numérique.

Que conseillez-vous aux ingénieurs qui sortent de l’école aujourd’hui et qui sont les DSI de demain ?

Premièrement de s’orienter vers une activité qui leur plaît. Si on parle d’ingénieur en informatique ils peuvent exercer leurs talents dans tous les secteurs du jeu video à la finance.

Deuxièmement de s’intéresser à toutes les facettes de l’entreprise, car un bon ingénieur doit comprendre son environnement.

Troisièmement, pour ceux qui sont entreprenants de partir à l’étranger, de l’autre côté de l’atlantique où la dynamique est vraiment différente. Les entreprises françaises ont toujours été conservatrices face à l’adoption de nouvelles technologies, certainement parce que le droit à l’erreur y est moins reconnu.

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné ? (qui vous l’a donné ?)

Ne te pose pas de questions, fais ton job, fais le bien, le reste viendra tout seul. (Un des investisseurs m’ayant fait confiance par le passé).

Quelle question voulez-vous que je vous pose ? Et quelle est votre réponse ?

Pourquoi êtes-vous DSI? la réponse est : parce que j’aime les gens.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Please enter your name, email and a comment.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.