énergie

Les « Barbares Attaquent » le secteur de l’énergie

téléchargementThe Family, un accélérateur de start ups, a créé le cycle de conférences « Les Barbares attaquent » afin de réduire la distance culturelle existante entre les acteurs traditionnels et les nouvelles start ups, via une approche provocatrice. Au cours de ces conférences, ils décrivent le panorama, pour une industrie spécifique, de la disruption opérée par les « barbares ».

Pour eux, le logiciel dévore le monde. Même si les infrastructures physiques restent indispensables, les applications sont en train de capter toute la valeur produite dans de nombreuses industries. Mais toutes les industries ne sont pas concernées. Par exemple, dans le secteur de la musique, le logiciel a détruit sa valeur. Son marché est passé de 50 milliards d’euros en 2010 à 5 milliards aujourd’hui. Pour ce secteur, les nouveaux acteurs n’ont pas produit autant de valeur que les précédents.
Lire la suite

Les initiatives « ecoweb » pour limiter les consommations d’énergies

internet-ecologieAujourd’hui plus de 2,5 milliards de personnes utilisent internet, et les appareils électroniques ainsi que les serveurs consomment beaucoup d’énergie. Selon Google, un internaute génère en moyenne huit grammes de CO2 par an, donc un mois de surf sur le web correspond à un trajet d’1,6 km en voiture. 10 requêtes sur Google – qui utilisent la puissance des serveurs – consomment autant d’électricité qu’une lampe allumée pendant une demi-heure. Les fermes de serveurs de Google consomment près de 2,3 milliards de Kilowattheure par an, ce qui permettrait d’alimenter une ville de la taille de Grenoble. Cette consommation massive d’électricité s’explique en partie par le fait que nous stockons de plus en plus de données dans le cloud, sur des serveurs qui tournent 24h sur 24. Greenpeace a calculé que les 300 plus grands serveurs mondiaux engloutissent plus de 680 milliards de Kilowattheure chaque année. Si internet était un pays il serait le sixième consommateur d’électricité au monde.
Lire la suite

Le Cloud est-il vert ?

nuage_vertSelon une étude menée par Verdantix pour le Carbon Disclosure Project (CDP), les grandes entreprises américaines (plus de 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires) pourraient réduire leurs consommation d’énergie d’environ 200 millions de barils de pétrole par an en 2020 (soit l’équivalent de 5,7 millions de voitures roulant pendant un an) en adoptant le Cloud computing.

Et selon une étude d’AT&T, la facture énergétique économisée par les grandes entreprises françaises qui ont adopté le Cloud se montera à 830 millions d’euros d’ici à 2020.

Donc ça laisse entendre que le Cloud permet de faire des économies…

Lire la suite

 Scroll to top