L’aquitaine va-t-elle devenir la Silicon Valley à la française ?

C’est en tous cas une pépinière, l’activité numérique y foisonne et des centaines de petites entreprises sont financées par la région. C’est à l’initiative d’Alain Roussel, Président du conseil régional, que l’Aquitaine a décidé de financer et de booster le numérique. Sa volonté est motivée par l’envie de positionner la France au centre de l’innovation numérique, et de ne plus laisser les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) diriger seuls le marché. Il est convaincu que l’impulsion régionale sera déterminante. La feuille de route 2015-2017 définit plusieurs axes prioritaires : innovation, formation, et consolidation financière des entreprises.

Par exemple, la région a lancé un appel à projets doté de 550.000 euros dans la filière de l’économie collaborative. Ce secteur émergent a déjà vu localement naître une dizaine de start-up. Il y a par exemple HelloAsso, qui propose une plate-forme destinée à aider les associations à lever de l’argent auprès des particuliers. Ou encore SamBoat qui propose de la location de bateaux de plaisance entre particuliers. Parking Facile fait l’intermédiaire pour louer temporairement des places de stationnement inutilisées. 

L’entreprise Cheops, spécialisée dans le cloud a aussi profité de l’impulsion régionale. Nicolas Leroy Fleuriot a racheté l’entreprise en 2004, elle comptait alors 16 employés. Aujourd’hui elle en emploie plus de 400 répartis sur 12 sites en France, et affiche un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros, une croissance de 300% en moins de 10 ans.

L’Aquitaine a créé aussi un accélérateur de start-up du logiciel libre, la Banquiz, avec le soutien de la région et de son pôle Aquinetic. L’accélérateur accompagne six jeunes pousses des logiciels libres et open source par an. Shinken Solutions, l’une d’elles, envisage déjà un développement  ambitieux à l’international.

En matière d’investissements numérique, il y a aussi La French Tech : l’appel à projets d’initiative gouvernementale lancé en février 2013 pour la croissance et le rayonnement de l’écosystème numérique français. Plusieurs métropoles dont Bordeaux ont été labélisées, et constituent l’équipe de France du numérique. L’objectif du dispositif  est d’accélérer la croissance des startups et des entreprises numériques dans les territoires qui leur sont les plus fertiles, et d’appuyer leur développement à l’international. 200 millions d’euros sont directement investis pour l’accélération de croissance des startups et des entreprises numériques françaises et 15 millions d’euros seront mobilisés pour développer l’attractivité de l’écosystème entrepreneurial numérique en France à l’international.

La révolution numérique est en marche et devrait permettre d’ici 3 ans, rien qu’en Aquitaine, la création de milliers d’emplois.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Please enter your name, email and a comment.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.